« Délocalisations d'informatique: le début des grands mouvements | Accueil |  Lycos va chercher à reclasser en Arménie »

"Les risques de dumping social avec l'onshore"

 L’affaire des poseurs de poteaux portugais fait actuellement grand bruit et on semble découvrir ce genre de pratiques qui pourtant existe depuis quelques temps, notamment dans le monde du développement informatique.

Le monde informatique  en parle dans son édition du 6 mai sous le titre “Externalisation un rapport dénonce les risques de dumping social” à propos du rapport de l’inspection générale des affaires sociales (Igas) qui pointe les possibilités d’emploi de salariés étrangers en France, phénomène connu sous le nom de “onshore”.

Selon le cabinet Katalyse, 37000 postes d’informaticiens seront supprimés ou non créés en France entre 2006 et 2010 en raison des délocalisations  (arguments ? méthodes de calcul ? technologies ??)

Un autre cabinet, Altedia, dresse un tableau assez noir de la situation et l’article cite les exemples de general Electric Medical Systems dont le comité d’entreprise a relevé la présence de 150 ingénieurs informaticiens indiens qui ont supplanté peu à peu leurs homologues de Cap Gemini. Ces indiens étaient employés de TKS, filiale française de Tata Consultancy Services. le CE a alerté l’Urssaff puis le procureur de la république sans suite… mais cela a incité General Electric à se séparé d’un grand nombre d’employés indiens qui ne seraient plus qu’une vingtaine sur le site (toujours selon LMI)..

Est citée dans l’article la SSII française Pentalog qui pratique le détachement de salariés roumains en France, aux conditions des minima du Syntec pour des durées de 3 à 18 mois (mots de son pdg Frederic Lasnier).

Mme Hannelais, avocate associée latorunerie Wolfrom et Associés donne dans l’article son avis d’expert en parlant notamment des “responsabilités partagées par le donneur d’ordre” car celui-ci doit vérifier si les salariés étrangers détachés le sont et sont employés conformément aux règles du droit français et sont en possession de visas ASSORTIS DE PERMIS DE TRAVAIL. Elle précise par ailleurs que les salariés devront être SOUS LA SEULE RESPONSABILITE HIERARCHIQUE du prestataire, sous peine de voir la réalité de prestation remise en cause.

Le donneur d’ordre pouvant être si tout ceci n’est pas respecté, SOLIDAIREMENT CO RESPONSABLE des sommes dues aux salariés et aux organimses sociaux et fiscaux français tout en pouvant être poursuivi pour des délits de travail clandestin, dissimulé ou prêt de main d’oeuvre illicite et marchandage.

En bref, tout ceci invite à réfléchir d’une part à la validité et à la pertinence de l’onshore (est-ce que l’économie réalisée est vraiment intéressante compte tenu de la méconnaissance de l’environnement culturel et fonctionnel des travailleurs “importés”) et à la réelle valeur de ce modèle par rapport à de l’offshore complètement délocalisé qui ne pourra certes concerné QUE des travaux informatiques DELOCALISABLES ou AU FORFAIT ce qui implique d’aboior de manière générale un changement de mentalités en France où trop souvent la régie ou “vente de viande” prend le pas sur la réalisation concrète de projets….

 

mai 20, 2005 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834516d3069e200d83511470153ef

Listed below are links to weblogs that reference "Les risques de dumping social avec l'onshore":

Commentaires

Poster un commentaire