« Quand l'Inde et la Chine unissent leurs forces pour dominer le marché mondial IT (JDN) | Accueil | Offshore à l'envers: un autre exemple »

KLC évoque les nouveaux besoins des dsi et l'offshore

Le Journal du Net du 2 mai interview MmeBoittin de KLC  au sujet des nouveaux besoins des DSI et de l’offshore.

Le principal enseignement de cette interview est que les DSI s’intéressent de plus en plus aux développements au forfait afin de maîtriser les coûts finaux.

En ce qui concerne l’offshore, Mme Boittin affirme que les directions ont été refroidies et que “En interne, beaucoup se sont intéressées à l'offshore sans l'intermédiaire d'une SSII. Mais le gain en coût est bien moindre que celui qui était estimé en raison des frais d'encadrements. L'offshore ne fonctionne bien que sur des briques relativement standards. Les gens sont bons localement mais le passage de relais nécessite de l'énergie et un investissement financier. En revanche au niveau des SSII, elles ont toutes installés des postes nearshore et offshore mais dans ces pays, ce sont des gens qu'ils ont formés eux-mêmes. Là encore, les résultats sont moindres en raison de l'investissement.”

Nous pensons que c’est malheureusement le cas lorsque l”offshore a été traité COMME les prestataires habituels lorsque c’était en direct:

  • avantage aux métriques habituels français (capital, forme de société, etc.. —> quelle signification a ceci en offshore ? Est-ce que cela ne favorise pas les sociétés à jolie vitrine plutôt que les vrais faiseurs ?
  • avantage aux CMMisés (alors que dans les pays offshores cela s’achète facilement et ne prouve rien sinon que de l’argent a été dépensé pour ça)
  • confusion entre “offshore” et “Inde” alors que l’inde n’a d’expérience QUE avec dees pays anglo-saxons et bien souvent QUE dans de smodes de régie
  • choix de projets tests NON en rapport avec ce qui peut être fait offshore mais en rapport avec ce qui est sans danger

et quand c’était en indirect:

  • sans vérification de la véritable organisation derrière
  • avec pour la SSII pivot l’avantage de gagner de l’argent que ça aille bien ou mal (ce qui est plus qu’intéressant pour elle)
  • sans contact direct avec le management des “faiseurs” pour que ceux-ci expliquent leur manière de voir et de comprendre

 

mai 2, 2005 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834516d3069e200d83545db5769e2

Listed below are links to weblogs that reference KLC évoque les nouveaux besoins des dsi et l'offshore:

Commentaires

Poster un commentaire