« Gartner ne voit pas d'impact à long terme sur l'outsourcing en Inde suite au vol commis par des employés d'un centre outsourcing | Accueil | Offshore à l'envers: un exemple »

Alain Lefebvre (6nergies.net) donne les raisons du développement de sa plate forme en Pologne

3 questions à Alain Lefebvre (6nergies.net) permet de lire un vrai langage sur l’offshore, par exemple:

Quels sont selon les critères de réussite d'un projet offshore ?
La plupart des gens qui veulent faire de l'offshore sont incapables de travailler à distance. Pour un oui ou pour un non, ils vous convoquent en réunion. L'important est de motiver les développeurs avec lesquels vous travaillez, de les encourager, d'être clair avec eux et de suivre et tester attentivement leur travail. Le premier élément est donc de savoir si l'on est capable de travailler avec une équipe offshore, car il faut une implication forte et il faut savoir travailler à distance.

Le coût est la cerise sur le gâteau. En l'occurrence, j'ai payé 50% de moins que les tarifs habituellement pratiqués en France. Mais l'essentiel est de savoir comment on travaille avec les développeurs. C'est ce que j'appelle le peopleware. Les développeurs ont un ego important et ils sont parfois susceptibles, il faut savoir les motiver et ne pas se positionner en donneur d'ordres. Sinon, vous obtenez le minimum syndical, alors qu'ils font des miracles quand ils sont bien encadrés et suivis.

Il faut les comprendre, parler leur langage, les intéresser, leur donner de la latitude de choix, par exemple pour les techniques ou le design. Ainsi, alors que l'application n'existait pas encore, les premières questions avec les équipes techniques ont concerné le design, en termes de performances, pour anticiper la montée en charge. J'ai fait confiance à l'équipe, c'est une relation qui se construit avec le temps et qui doit être bilatérale.

Le peopleware est la chose la moins bien comprise dans ce genre de projets. Certains directeurs de projet continuent d'imposer des mesures coercitives et une masse importante de documents à remplir. Et en plus, ils voudraient que les développeurs soient de l'autre coté du monde pour que ce soit moins cher. Avec des Chinois ou des Indiens, je ne sais pas ce que cela donne, je n'en sais sincèrement rien, mais je suis curieux de voir.”

 

La Pologne, en raison de son intégration à l’Union européenne n’est pas une destination d’offshore pérenne ou très intéressante en prix mais les éléments donnés par Alain Lefebvre sont les vrais éléments qui comptent quand on veut mener corretement un développement en offshore.

Il convient toutefois de différencier les  projets “classiques” où à notre avis il ne faut pas donner trop de latitude aux développeurs qui doivent se contenter d’être des exécutants (à moins qu’on leur demande d’avoir un travail de “conseil” et de critique) et les projets créateurs, par exemple web où leur avis est souvent, de par leur culture différente, intéressant.

avril 20, 2005 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834516d3069e200d83510017b53ef

Listed below are links to weblogs that reference Alain Lefebvre (6nergies.net) donne les raisons du développement de sa plate forme en Pologne:

Commentaires

Poster un commentaire