« octobre 2004 | Accueil | décembre 2004 »

Quand la haute technologie se connecte aux ingénieurs chinois

Contrairement aux idées reçues, les pays "offshores" ne sont pas destinés à faire QUE de la manufacture ou des choses à peu de valeur ajoutée. De plus en plus on se rend compte que le partage des tâches de cette façon n'existe pas et que R&D, manufacture, développement informatique vont ensemble.

un article intéressant à ce sujet dans Libération:

Quand la haute technologie se connecte aux ingénieurs chinois
Par Laurent MAURIAC   mardi 30 novembre 2004 (Liberation - 06:00)

La Chine n'est plus seulement «l'usine du monde» qu'on a l'habitude de décrire, elle devient son centre de recherche-développement. Avec des coûts salariaux deux à trois fois plus bas qui permettent de casser un peu plus les prix pour vendre davantage. Ainsi, la société commune fondée en novembre 2003 par le groupe américain 3Com, spécialisé dans les réseaux d'entreprises (informatiques et télécommunications), avec l'équipementier chinois Huawei vient d'annoncer un chiffre d'affaires de 250 millions de dollars (dont la moitié à l'export), alors qu'il tablait sur 200 millions.

Qualifié. «Ce joint-venture est un petit bijou qui va devenir encore plus profitable et dynamique, lance Pierre Goyeneix, le patron de la filiale française de 3Com, de retour d'un voyage à Shanghai. La Chine a un double aspect. Elle produit pour pas cher, grâce à la sous-évaluation du yuan (la devise chinoise, ndlr) et aux coûts salariaux. Tout le monde, dans notre secteur, fabrique en Asie du Sud-Est.» D'où des taux de marge faramineux. Exemple avec un routeur (système d'aiguillage pour réseau) : vendu 1 000 euros, il coûte 35 euros à fabriquer en Chine «et l'an prochain 5 euros». Le deuxième aspect, c'est une main-d'oeuvre de plus en plus qualifiée. «Nous n'aurions aucune chance si nous nous battions avec des concurrents comme Cisco avec les mêmes armes. Ils ont des volumes de production vingt fois supérieurs. On a déplacé le débat.»

Déplacer le débat, c'est donc bénéficier d'ingénieurs aussi bien formés qu'aux Etats-Unis ou en Europe, à moindre coût. Pour une fonction, la recherche-développement, qui représente environ 13 % du chiffre d'affaires des sociétés du secteur. 3Com n'est pas le seul à s'engager dans cette voie. Cisco, son principal concurrent américain, est en train d'ouvrir un centre de recherche-développement à Shanghai, même si une porte-parole en France assure vouloir maintenir une diversité géographique de ses implantations.

Challenger. Alcatel a, lui, créé Alcatel Shanghai Bell en 2002 avec des actionnaires chinois (le français détient 50 % plus une action). La filiale emploie 6 000 salariés dont 3 000 ingénieurs. Dominique de Boissesson, président d'Alcatel en Chine, a diffusé voici quelques mois une note intitulée «La Chine : l'usine du monde ou déjà beaucoup plus» dans laquelle il détaille «l'évolution extrêmement rapide de l'industrie chinoise d'une position de dépendance technologique à une position de challenger des leaders de l'industrie mondiale». Cette semaine, l'hebdo américain Business Week consacre son dossier principal au «prix chinois». Sous-titre alarmant, en une, à l'attention des chefs d'entreprise américains : «Réduisez vos prix d'au moins 30 % ou perdez vos clients.» Cité par le magazine, le patron de 3Com, Bruce Claflin, dit vouloir «changer la structure de prix de [son] industrie».

Apprivoiser ce cocktail chinois de coût bas et de high-tech ne va pas sans risque. Les entreprises occidentales ne nourrissent-elles pas ainsi, à coups de coentreprises et de transferts de technologie, des concurrents bien plus compétitifs ? «Pour notre connaissance du marché, de la demande des clients, les Chinois ont besoin de nous», se défend Pierre Goyeneix. A condition qu'après avoir maîtrisé la fabrication et la recherche ils restent imperméables au marketing.

novembre 30, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack

En offshore programming, la préparation est vitale

En offshore programming, la préparation est vitale .. mais comme dans n'importe quel projet non ?

Firms finding mixed results, especially if they didn't do cost-benefit analysis first...

A survey of European and US companies has found that less than half consider outsourcing financial functions to be cost-effective.

About 44 per cent of companies that have outsourced financial functions say they have saved a moderate amount, according to a new study from PricewaterhouseCoopers. Another three per cent say they have saved a great deal.

However, 31 per cent of the companies see limited or very little financial benefit to outsourcing; nine per cent believe they are breaking even; and four per cent say they are losing money.

About 77 per cent of US companies say they have outsourced financial functions in the past two years, the survey said, while 72 per cent of their European counterparts have done so.

While companies are finding mixed financial benefits to the practice, they're still interested in outsourcing, the study found.

www.tubbydev.net www.tubbydev.com

Nearly 75 per cent of American and European corporations that use outsourcing to support their financial functions will continue to do so over the next two years, according to the survey. About 29 per cent of these companies expect to increase their use of outsourcing of financial functions, with spending likely to be 16 per cent higher than present levels, the survey found.

A PwC representative said the disconnect between the outsourcing push and the financial results is mostly due to lack of planning on the companies' part.

Dan DiFilippo, performance improvement analyst at PwC, said in a statement: "Many multinational companies that outsource financial functions do not find it to be cost-effective. Companies that turn to outsourcing for cost savings should conduct comprehensive feasibility studies to better understand their potential return on investment. Many companies enter outsourcing arrangements without conducting a proper cost-benefit analysis."

The study, done in the third quarter, is based on interviews with 127 chief financial officers and managing directors of European companies and 151 of such executives at US companies.

The study also reported that companies face difficulties in calculating return on investment. A majority of those with difficulty estimating their return said they would have benefited from monitoring process improvement or conducting an initial feasibility study with a cost-benefit analysis.

Source www.silicon.com   www.tubbydev.net  www.tubbydev.com

novembre 29, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

Les indiens s'intéressent à l'offshore en Europe de l'est

Several large Indian IT companies are opening up operations in eastern European countries in an effort to woo those companies who want to offshore staff, but want to keep them close

Les sociétés indiennes continuent à monter des activités internationales et on voit clairement que leur stratégie "offshore" n'est qu'un moyen, le terme étant d'être des acteurs mondiaux et de remplacer les Accenture, Unilog, Cap et autres "grands" actuels

The leading Indian IT service companies are preparing to set up operations in the new low-cost 'nearshore' locations of Central and Eastern Europe as businesses look beyond India for offshoring.

At an industry event hosted by LogicaCMG in Prague last week a spokeswoman for a Czech government-backed investment body, Czech Invest, told ZDNet UK sister site silicon.com that two of the big Indian firms are currently in negotiations to locate new facilities there.

She declined to name the companies until the deals have been finalised.

Prague's competitiveness has been hit by a rise in property prices, which are as high as €19 per square metre a month but IT salaries are still low, with average monthly wage around €570. This has led to other Czech cities such as Brno challenging for foreign investment.

Satyam, India's fourth largest IT services company, is also set to launch its new European hub in Hungary early next month, which will support both its European and global customers.

Eastern Europe and the new EU countries are pushing to be taken seriously as viable low-cost 'nearshore' alternatives for firms who do not want to move parts of their IT infrastructure as far away as India.

Analysts are also predicting the rise of countries such as the Ukraine as the first wave of nearshore countries such as the Czech Republic become more expensive.

Vladimir Kroa, programme manager of IT and business services at IDC, said: "Membership of the EU is very important in the [offshoring] decision-making criteria. People are also looking at the likes of Belarus as nearshore countries."

novembre 26, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

Tech Spending Looks Up in Asia, E.Europe

WASHINGTON (Reuters) - Spending in Eastern Europe and Asia is expected to lead a recovery in the global technology market over the next three years, according to an industry report released Tuesday.
After years of sluggish growth, technology spending is expected to climb steadily through 2007 as China, Poland and other countries in the developing world invest heavily in hardware, software, networking equipment and services, according to a study commissioned by World Information Technology and Services Alliance, an industry trade group.

Tech Spending Looks Up in Asia, E.Europe

WASHINGTON (Reuters) - Spending in Eastern Europe and Asia is expected to lead a recovery in the global technology market over the next three years, according to an industry report released Tuesday.
After years of sluggish growth, technology spending is expected to climb steadily through 2007 as China, Poland and other countries in the developing world invest heavily in hardware, software, networking equipment and services, according to a study commissioned by World Information Technology and Services Alliance, an industry trade group.

Total spending should hit $3.2 trillion in 2007, up from $2.1 trillion in 2001, the report said.

Spending in Asia and the Pacific Rim is expected to grow quickest at 9.3 percent annually, while spending will increase in Europe, the Middle East and Africa at a rate of 8.9 percent per year.

Technology markets in North and South America will grow at a 6.7 percent annual clip, according to the report.

In the face of higher growth elsewhere, the Western Hemisphere is expected to account for 44 percent of the market, down from 46 percent in 2003, the report said.

As developing countries jump in the tech game their influence is expected to grow accordingly, the report said.

"Although the dominance of the developed world (in technology) is not likely to change soon, the developing world can no longer be ignored or considered irrelevant," the report said.

The report was produced using data provided by consulting firm Global Insight Inc.

The U.S.-based World Information Technology and Services Alliance is a group of 65 technology trade groups from around the world.

novembre 26, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

Eurostaf-les Echos sort une étude sur l'offshore programming en France

Cette étude est réalisée par Tubbydev .

Le bon de commande est

Download OFFSHORE_France_etude.pdf

La présentation de cette étude sur l'offshore programming en France suit:

L’offshore programming en France

Un nouveau moyen de penser et de réaliser certains développements informatiques.

Phénomène récent d’origine américaine et encore relativement méconnu dans le monde informatique, l’offshore programming s’intègre dans le contexte global de la mondialisation et des délocalisations de certaines prestations intellectuelles des pays occidentaux vers le reste de la planète. Solution complémentaire et réflexion globale sur la gestion des projets plutôt que simple délocalisation, l’offshore programming est avant tout une autre façon de penser la méthode et la réalisation de projets informatiques. Malgré les craintes souvent exprimées, cette tendance n’est pas forcément négative pour l’emploi dans l’Hexagone. Elle se traduit souvent par une évolution des métiers, par exemple le passage du rôle de développeur vers celui de maître d’ouvrage.


Pourquoi cette étude ?

Cet ouvrage, pratique et très opérationnel, répond, entre autres, aux questions suivantes:

 En quoi l'offshore programming influe-t-il sur l'organisation générale de l'entreprise ?

 Quels enseignements tirer de l'expérience d'entreprises pionnières en France ?

 Comment choisir la solution la mieux adaptée à l'entreprise ?

 Quel retour sur investissement attendre et dans quel délai ?

Une étude pour qui ?

 Les PDG et les directeurs généraux

 Les directeurs achats

 Les directeurs financiers et les contrôleurs de gestion

 Les directions informatiques

 Les cabinets de conseil


Un vocabulaire spécifique

Ce sujet complexe ne peut être abordé sans avoir à l’esprit une vue précise de son champ d’application. Une définition des termes, par laquelle commence l’étude, permet de dépassionner le débat et de clarifier les réalités qui se cachent derrière les mots se terminant en “shore” (offshore, onshore, rightshore, bestshore, …).

Un marché au potentiel considérable

Dans un contexte social parfois tendu, la majorité des clients français de l’offshore communiquent peu sur le sujet. Néanmoins, la croissance de l’offshore en France entre 2002 et 2003 est de plus de 100 %. À plus long terme, l’offshore programming recèle un potentiel considérable puisqu’il pourrait représenter 10 % à 15 % du total des services liés aux technologies de l’information.               

Sélectionner les meilleurs partenaires                

La typologie des acteurs de l’offshore programming se répartit entre le “centre de développement”à l’étranger et la SSII internationale intégrant tous les services possibles.

L’étude replace non seulement la problématique dans les contextes généraux de mondialisation et d’externalisation mais surtout dans ceux, plus particuliers, de changement des métiers de DSI et d’acheteur.

Témoignages d’entreprises : l’offshore à l’épreuve de la réalité

L’étude donne des exemples concrets d’offshore programming en France et juxtapose des témoignages de petites entreprises, de consultants, de SSII et de grands comptes. Les avantages et inconvénients des solutions offshore réalité, les notions de méthodologies à employer démontrent qu’il s’agit de solutions dont la rentabilité et l’efficacité se mesurent sur le long terme.

Choisir l’offre d’offshore programming la mieux adaptée

Les différentes offres d’offshore programming, sont habituellement classées selon des critères géographiques. Cette méthode suppose que les caractéristiques des offres soient semblables dans une même zone. Pour remédier à cet inconvénient, l’étude propose une autre grille de lecture, basée sur des critères objectifs.

Dix points clés pour la réussite d’un projet d’offshore programming

Les exemples  décrits, les expériences d’entreprises, ainsi que les grilles d’analyse établies dans l’étude font ressortir les dix points clés de la réussite d’une démarche d’offshore programming pour une entreprise.


Le sommaire détaillé de l’étude

150 pages pour cerner toutes les facettes de l’offshore programming


DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE : CONCEPTS, MARCHÉ ET ACTEURS

Définitions et concepts majeurs

Le marché du développement informatique offshore

Les principales sources de données chiffrées du marché dans le monde

Une tendance de fond à l’échelle mondiale qui atteint aujourd’hui la France

Les États-Unis, un marché précurseur en plein essor

France : l’offshore en quête de reconnaissance

La classification des acteurs

Le cas de l’offshore intégré

Les “pure-players”

Critères et grille de lecture de l’approche géographique

LA MISE EN ŒUVRE DE L’OFFSHORE PROGRAMMING

L’offshore : une forme d’externalisation

La mutation des entreprises : vers un modèle d’organisation en réseau

L’avenir des entreprises technologiques

Les entreprises externalisent de plus en plus

L’offshore entre dans les mœurs des nouveaux décideurs IT

Le rôle croissant des DSI

La valorisation du service achats

Le choix du modèle ad hoc

Analyser l’offre des différents modèles

Choisir le modèle type

LES MEILLEURES PRATIQUES DANS LES ENTREPRISES

Essilor tire les bénéfices d’une tierce maintenance applicative

Inalco : depuis l’an 2000, la migration des applications passe par la Roumanie

Ubisoft fonde son développement à l’international sur l’ouverture de centres de production offshore

Appel d’offres offshore : privilégier les réponses les plus concrètes

Stéria : l’offshore comme atout de flexibilité et gage de création de valeur

AT Kearney inscrit l’offshore dans une démarche plus globale de réduction des coûts chez un opérateur français de télécommunications

Cap Gemini invente le rightshore

Pivolis facilite la relation client/société d’offshore avec le modèle “Pivotal Provider”

L’offshore en Chine avec Net Business Consulting et China-Offshore

LES ENSEIGNEMENTS OPÉRATIONNELS ET LES PERSPECTIVES

Les dix points clés d’une démarche offshore

Conserver en interne le cœur de métier

Offshore = développement réalisé à l’étranger

Relativiser l’intérêt des certifications

Ne pas se laisser abuser par le nombre de développeurs annoncé

Savoir calculer le vrai coût de l’offshore

Sélectionner les responsables ad hoc en interne

Ne pas oublier que la difficulté principale de l’offshore est d’ordre culturel

Vérifier l’infrastructure et les processus de communication du prestataire

Vérifier la gestion de la qualité des projets

Veiller à la prise en compte des aspects juridiques

Les impacts de l’offshore sur l’organisation des entreprises

Les cinq scénarios

L’intérêt du modèle “onsite-offsite-offshore” pour le développement de projet en offshore

Communiquer ou ne pas communiquer ?

Les perspectives pour l’offshore programming

POUR EN SAVOIR PLUS

Bibliographie

Les adresses utiles


L’offshore programming : un moyen dont le développement d’Internet simplifie l’usage et que les entreprises ne peuvent désormais ignorer.

LA FICHE TECHNIQUE DE L’ETUDE

l         Etude publiée en novembre 2004 – 150 pages

l         5 mois d’enquête, d’interviews et d’analyse

l         Directeur de l’étude :

Danielle Chasport – dchasport@lesechos.fr


Les auteurs de l’étude

Pierre Méchentel. Diplômé de St-Cyr et d'HEC-Entrepreneurs, il a travaillé chez Altis, cabinet de conseil en organisation avant de partir en 1993 en Russie où il a fondé plusieurs entreprises dans le négoce puis en 1997, avec un responsable de la cité des étoiles, une société d'offshore programming à destination des marchés américains et allemands. En 2000, il est revenu en France et a fondé la partie française de cette activité. Son expérience internationale lui permet d'éditer régulièrement un blog à propos de l'offshore dans sa globalité et aussi dans sa problématique “française”.

Pierric Duthoit. Diplômé de St-Cyr et d'HEC-Entrepreneurs, il a travaillé chez Arthur Andersen puis a rejoint Tubbydev dès sa création en France. Au sein de Tubbydev, Pierric Duthoit est en charge des clients “grands comptes” français.

Tubbydev a commencé son activité d'offshore programming à partir de la Russie en 1997 avec tout d'abord des clients allemands et américains. En 2000, le retour de Pierre Méchentel en France a permis de créer la partie française de l'activité. En 2004, Tubbydev est une des seules sociétés pouvant proposer réellement, en France, de l'offshore légal avec une méthodologie éprouvée, non seulement dans les pays qui utilisent déjà l'offshore mais aussi après de grands comptes français et en sous-traitance de SSII pour des projets français.

L’éditeur  Les Echos

Depuis sa création en 1995, le département études du quotidien Les Echos a publié près de cinquante analyses. Réalisées avec le concours des meilleurs spécialistes du conseil, les études ont déjà été utilisées par plus de dix mille responsables d’entreprises, dans tous les secteurs d’activité. Les études Les Echos sont considérées comme des références incontournables par les dirigeants en phase de réflexion stratégique.

La collection     Le Management Stratégique

La collection “Le management stratégique” dresse un panorama complet et dynamique des meilleures pratiques de management. Les ouvrages de cette collection sont conçus comme de véritables outils d’aide à la décision et à l’action à l’usage des dirigeants. Ils s’appuient sur des témoignages concrets d’entreprises dont ils tirent les enseignements opérationnels et stratégiques.

Titres parus et à paraître :

 Le management global des risques - décembre 2002

 La sécurité des systèmes d’information - janvier 2003

 Les leviers de l’efficacité commerciale - mars 2003

 La contribution des DRH à la performance de l’entreprise - juillet 2003

 Dynamique et cohésion des équipes de direction -octobre 2003

 Gérer les cadres à haut potentiel - décembre 2003

 Où vont l’audit et le conseil - décembre 2003

 L’optimisation des achats dans l’entreprise - juillet 2004

Retrouver le sommaire de ces études sur www.eurostaf.fr

Cette collection fournit un cadre d'analyse très précis aux entreprises qui réfléchissent à leur process, à leur organisation et à leur management


BON DE COMMANDE

Offre spéciale

790

au lieu de 950  soit 17 % de réduction

q            Oui, je commande l’étude des Echos :

L’OFFSHORE PROGRAMMING EN France

qJe profite de l’offre spéciale à 790 H.T.

       net à payer : 790 H.T. + 43,45 (TVA à 5,5 %) = 833,45 T.T.C.

    qCi-joint mon chèque de 833,45 T.T.C. à l’ordre d’EUROSTAF (filiale des Échos)

La livraison de l’étude sera immédiate (24H) et accompagnée d’une facture acquittée.

    qJe vous règlerai à réception de facture.

L’étude, dans ce cas, sera livrée après encaissement de mon règlement.

ADRESSE DE LIVRAISON

Société : ......................................................................................................................................................................................................................................................

M/Mme : ....................................................................................................................................................................................................................................................

Fonction : ..................................................................................................................................................................................................................................................

Adresse :...................................................................................................................................................................................................................................................... .................................................................................................................................................................................................................................................................................

Code postal : ........................................................................ Ville :.............................................................................................................................................

Tél. :..................................................................................................... e-mail : ....................................................................................................................................

Code NAF............................................................................

ADRESSE DE FACTURATION (si différente)

Société : ......................................................................................................................................................................................................................................................

A l’attention de : ..............................................................................................................................................................................................................................

Adresse : .................................................................................................................................................................................................................................................... .................................................................................................................................................................................................................................................................................

Code postal : ........................................................................ Ville :.............................................................................................................................................

Pays : ............................................................................................... Tél. : ...........................................................................................................................................

N° de TVA intracommunautaire pour les achats hors de France

/……/……/ ……/……/……/……/……/……/……/……/……/……/……/

15 11 86 45 01 -communication

Conception/Création

A retourner à :

Les Echos                                                             Signature et cachet de l’entreprise

ETUDES

46, rue La Boétie - 75381 PARIS Cedex 08

Tél. : 0149 53 89 10 Fax : 01 49 53 89 20

www.eurostaf.fr

Selon la loi Informatique et Libertés du 06 01 1978, Eurostaf vous garantit un droit d’accès et de rectification aux informations vous concernant.

novembre 22, 2004 | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack

Les nouvelles de l'offshore programming

seront désormais disponibles sur autre partie du siteblog de Tubbydev, dans la partie offshore programming.

www.tubbydev.net

novembre 22, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | TrackBack

Offshore, Outsourcing: meilleur pour tout le monde

La vision anglo-saxonne sur l'outsourcing et l'offshore est souvent pluys offensive et optimiste que la vision française. Encore un exemple.

Offshoring is benefiting companies, countries and economies on both sides of the debate, according to attendees at the Better Management Live Conference in Las Vegas this week.

Technology companies in Europe and the US claim the offshoring 'kick-back' is the creation of new jobs in their domestic market which are "higher up the economic value scale" than those jobs which they have sent to countries such as India.

While on an individual-by-individual basis there are clearly those who will be worse off, in general this is having a positive effect on Western economies and workforces, according to Nigel Holloway, director of executive services at the Economist Intelligence Unit, who quoted McKinsey figures.

Chip Greenley, VP marketing and solutions at HP, said: "From a generic perspective it has to be good for the global economy."

Greenley and representatives from other vendors, said cost savings associated with offshoring are being reinvested in the creation of more high-value roles in the domestic market.

"We have taken large chunks of our business and moved them overseas," said Greenley. "If we know that by offshoring our accounts payable handling we will create the budget to hire 200 new hardware and software engineers then I can tell you it is going to happen."

Art Cooke, president of SAS International, agreed with such a strategy.

"We try to do the sensible things and do what is best for us," said Cooke, who said that may include outsourcing some "background work" but warned against outsourcing any development of core business or handing over the reins on any project linked to the growth of the company.

Cooke added that those who are currently getting heated about a large number of less skilled jobs going overseas are guilty to some degree of a lack of ambition and expressed surprise that in "a knowledge economy" there is such anger over the loss of back-office jobs.

"Would people really rather their son or daughter was studying how to programme some small part of an ERP system or working towards something genuinely innovative and cutting edge?" he said.

Cooke believes the fright of the offshoring phenomenon should encourage Western economies to remember to keep innovating and generating invaluable new skills sets.

"If an economy isn't going to innovate it deserves everything it gets," he said.

novembre 22, 2004 in Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack

Après l'offshore programming, l'outsourcing, le nearshore, le rightshore, voici l'insourcing

Les SSII indiennes n'ont pas vraiment vocation à faire de l'offshore (il suffit de regarder leur discours en Inde) mais plutôt à devenir des acteurs mondiaux et à remplacer les actuels Accenture, Cap Gemini, EDS et autres SSII mondiales. Souvent elles utilisent l'offshore comme produit d'appel pour pénétrer des marchés mais aussi elles n'hésitent pas à acheter des SSII en occident ou à en créer. Elles achètent même des sociétés offshore dans les pays de l'est ..

Présentée différemment, cette affaire s'appelle l'insourcing et fait l'objet d'un article dans le JDN.

novembre 19, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack

Tubbydev participe au séminaire du CCE "Outsourcing"

Tubbydev est un des intervenants au Séminaire restreint CCE « outsourcing » mercredi  17 novembre 2004 après-midi, à l’Echangeur, 66 rue des Archives, Paris III°

Le programme de ce séminaire sur l'outsourcing est

Download Programme.pdf

novembre 15, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack

Considerer les delocalisations autrement

Dans le journal l expansion (qui porte bien son nom cette fois-ci) un dossier interessant sur les delocalisations avec notamment une chronique percutante de Mr Herve Juvin.

Voic la conclusion de l article:

Peu importe des lors que le vrai chiffre des delocalisations soit derisoire, ou que les implantations francaises en Chine ou en Inde soient le meilleur moyen de s'ouvrir des marches de demain ; frileuse devant la competition, ralentie par l'assistance et les protections, la population francaise devine les enjeux que fait monter un monde qui s'ouvre. Le problиme est qu'elle n'y voit pas opportunites, mais menaces, et tente de se proteger de ce qu'elle pourrait conquerir.

novembre 12, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink | Commentaires (2) | TrackBack