« Russia gets budget version of Windows | Accueil | Externalisation : les entreprises ne s’en laissent pas compter »

Externalisation : l'année 2004 retrouve les volumes d'il y a 4 ans

Journal du net 21/10/2004
Externalisation : l'année 2004 retrouve les volumes d'il y a 4 ans
Les très gros contrats d'externalisation sont au rendez-vous cette année, signés à 42% par IBM. Sous la pression des actionnaires, l'offshore se multiplie mais peine à convaincre de ses réels bénéfices.

25% des contrats d'externalisation informatique signés cette année sont estimés à plus de 800 millions d'euros, révèle une étude menée par le cabinet de conseil TPI. Selon le groupe, 2004 représentera une année record en matière de très gros contrats d'externalisation.
Ainsi dopées, les prestations d'externalisation devraient atteindre le même niveau qu'en 2000, année historique pour l'externalisation IT mondiale. Depuis le début de l'année, huit nouveaux contrats totalisent 13,5 milliards d'euros de volume d'affaires, quatre d'entre eux ayant été signés en Europe. Sur 2004, le vieux continent s'inscrit en retrait de 2% par rapport aux Etats-Unis sur ce marché.
Un marché dominé par IBM qui détient à lui seul 42% des gros contrats d'externalisation dans le monde. Big Blue est suivi par EDS, ACS, Accenture et CSC. Un tiers des contrats d'envergure concerne la sous-traitance de processus métiers, aussi appelée Business Process Outsourcing (BPO). Et IBM rafle en moyenne 33% de ces contrats, devant Accenture et ACS.
L'économie réalisée par un projet offshore est inférieure à 10%.
L'étude souligne toutefois l'importance des petits acteurs qui remportent la plupart des contrats d'externalisation à budget moyen ou faible. Concernant les grands contrats de l'année, le cabinet de conseil précise qu'ils ne s'agissait pas de renouvellement d'accords mais bien de nouvelles demandes. Sur les huit gros contrats du début d'année, sept concernent de nouveaux acteurs.
Cette croissance du marché trouve, selon TPI, son explication dans la pression permanente que les actionnaires et comités de direction font peser sur les départements informatiques. D'après une étude menée par la société Ventoro auprès de 5 231 dirigeants IT à travers l'Europe et l'Amérique du Nord, un directeur sur cinq est contraint par ses supérieurs de faire appel aux sociétés offshore.
ais cette pratique, bien que courante, est encore trop sujette à caution chez les 19% d'entreprises ayant franchi le pas. Seuls 45% des dirigeants interrogés estiment que les projets offshore menés dans leur société sont un succès. Au contraire, 36% considèrent leurs projets offshore comme un échec. Un tiers des responsables informatiques avouent en outre avoir réintégré des fonctions externalisées en raison de problème de performance.
Autre point noir pointé par une troisième étude, Offshore 2005, les économies d'échelles ne sont pas toujours au rendez-vous. Sur l'ensemble des projets offshore mesurés, le gain moyen d'un projet passe sous la barre des 10%, tandis que sur les contrats considérés comme une réussite, ce chiffre avoisine les 19%. Une réalité en décalage avec les attentes des dirigeants

octobre 21, 2004 in Délocalisation, Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834516d3069e200d8350b23c453ef

Listed below are links to weblogs that reference Externalisation : l'année 2004 retrouve les volumes d'il y a 4 ans:

Commentaires

Poster un commentaire