« L'Onu considére que les délocalisations de services sont inévitables. | Accueil | Délocalisations : Sarkozy se trompe de combat (Les Echos) »

Selon la CNUCED, L'ère des délocalisations est arrivée

L'ère des délocalisations est arrivée

La Cnuced évoque une nouvelle division du travail dans les services.

Par Vittorio de FILIPPIS jeudi 23 septembre 2004 (Liberation - 06:00)

Tel un bulldozer la mondialisation poursuit son avancée. Après les industries manufacturières, elle touche aujourd'hui de plus en plus les services. Dans son dernier Rapport sur l'investissement dans le monde, publié hier, la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) confirme que «les délocalisations de services sont en train de donner naissance à une nouvelle division internationale du travail». Des exemples ? Il y a le plus répandu : celui de l'Irlande, où des multinationales ont installé des centres d'appels. Mais la délocalisation des services à l'étranger s'étend de plus en plus rapidement à des activités plus complexes, à forte valeur ajoutée, comme l'analyse financière, l'élaboration de logiciels, les créations architecturales... Plus qu'une nouvelle étape de la mondialisation, la Cnuced parle de révolution. «Cette tendance va bientôt marquer un tournant, ouvrant la voie à une ère marquée par une cascade de délocalisations», estime Anne Miroux, économiste à la Cnuced.

Exprimés en dollar, les montants ne sont pas vraiment impressionnants : une trentaine de milliards de dollars, soit environ 12 % du total des flux d'investissements dans les services. Mais, selon les projections de la Cnuced, toutes les conditions sont réunies pour voir ces montants s'envoler. Ainsi, les seuls services informatiques pourraient être délocalisés à hauteur de 24 milliards de dollars en 2007, contre 1 milliard en 2001. «Si l'on considère les 1 000 premières entreprises de la planète, elles sont encore 70 % à ne pas avoir délocalisé de services vers des pays à faibles coûts, mais beaucoup projettent de le faire», ajoute Anne Miroux. Le rapport précise que «ce serait faire preuve d'un manque de clairvoyance que d'adopter des mesures visant à garder à tout prix des emplois de service dans le pays d'origine». Son raisonnement ? Tout le monde y gagne, pays d'origine et pays d'accueil. Les premiers en réduisant leurs coûts et en améliorant la qualité, tandis que les seconds peuvent se lancer dans des activités plus productives. C'est pourquoi, au lieu d'appliquer des mesures protectionnistes, la Cnuced suggère d'investir dans la formation des personnels victimes de délocalisations des services.

septembre 28, 2004 | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834516d3069e200d83540885569e2

Listed below are links to weblogs that reference Selon la CNUCED, L'ère des délocalisations est arrivée:

Commentaires

Poster un commentaire