« Vive la polyandrie, ma fille !! | Accueil | Cabir, le virus contre les téléphones portables (2) »

L'offshore programming gagne l'Europe

L'offshore programming gagne l'Europe (source indexel)


21 juin 2004


La part des développements délocalisés (offshore programming) devrait tripler d´ici 2010. Ce transfert d´emplois qualifiés en dehors de l´Europe et des Etats-Unis inquiète les syndicats. D´autant que les économies réelles ne s´élèvent qu´à 15 % du coût total d´un projet.

Selon le Gartner Group, l´externalisation de prestations informatiques (offshore programming) représentera 53 % du marché mondial des services informatiques en 2004. L´Europe n´est pas en reste : 30 % des principales entreprises européennes feront appel à l´offshore d´ici 2005. "L´offshore programming s´installe peu à peu comme une pratique courante", estime Allie Young, Vice Présidente du Gartner Group. Et ce n´est pas fini : le cabinet d´analyse Forrester Research vient par exemple de revoir ses prévisions de 40 % à la hausse ! Selon le Gartner, le nombre d´entreprises sous-traitant le développement de logiciels à l´étranger passera de 3 % aujourd´hui à 10 % d´ici 2010.

La réduction des coûts est la première motivation des entreprises américaines et européennes. Même si "elles sont encore trop nombreuses à croire qu´elles économiseront 40 % de leurs coûts alors que la réalité est plus proche de 15 %", constate Paul O´Neill, vice président du Meta Group Europe. Le cabinet d´analyse a interrogé 150 responsables informatiques européens sur le sujet. 80 % des entreprises qui ont tenté de délocaliser une partie de leurs prestations informatiques ont été confrontées à des problèmes : dépassement des délais et du budget, incohérences fonctionnelles et techniques par rapport au cahier des charges initial, etc.

Les ingénieurs ne sont plus à l´abri

Pour autant, toutes les zones géographiques ne sont pas égales face au phénomène de l´offshore. Ainsi, premier consommateur de développements "outsourcés", les Etats-Unis pourraient transférer plus de 3 millions d´emplois d´ici 2015 dans des pays où le coût de la main d´oeuvre est plus faible. En Europe, l´adoption de ce modèle se heurte à des contraintes sociales. "L´offshore programming est perçu par les syndicats du secteur informatique comme la menace n°1", indique David Metcalfe, analyste chez Forrester Research dans une récente étude. En France, seulement 1 % du marché des prestations informatiques aurait lieu à l´étranger estime le Syntec.

Selon tous les observateurs, le plus inquiétant est l´externalisation progressive de prestations nécessitant des compétences de plus en plus pointues. En clair, il ne suffit plus d´être ingénieur pour être assuré que son poste ne sera pas délocalisé. Le premier bénéficiaire de cette lame de fond est l´Inde et ses spécialistes de l´offshore tels qu´Infosys, Satyam et Wipro. Depuis plusieurs années, l´Inde produit en effet bien plus d´ingénieurs hautement qualifiés en informatique que la France. Le n°1 mondial de l´offshore devra cependant faire face à la concurrence de nouveaux entrants tels que le Vietnam et l´Afrique du Nord. Nouveau venus, les Émirats Arabes Unis entrent eux aussi dans la course à la délocalisation. PDG du centre Dubai Internet City, le Dr Omar bin Sulaiman vient ainsi d´annoncer la création d´une zone 100% libre de taxe, ultra moderne, entièrement dédiée à l´offshore, dans la ville de Dubai.

juin 24, 2004 in Externalisation, Offshore programming, Outsourcing | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d834516d3069e200d83540869369e2

Listed below are links to weblogs that reference L'offshore programming gagne l'Europe:

Commentaires

Poster un commentaire